Un monde presque parfait

Il y a les trainistes qui n’aiment pas les fresqueurs. Il y a les fresqueurs qui s’en foutent des trainistes. Il y a ceux qui aiment les deux et ceux qui font les deux. Il y a ceux qui sont dans le style. Il y a les suceurs, qui pourraient faire tes courses le samedi si tu leur demandais. Il y a ceux qui pensent qu’avoir leur graff à côté du tiens leur donnent du crédit. Il y a ceux qui parlent. Il y a ceux qui graff. Il y a les vieux qui ont tout vu. Il y a aussi les autres vieux qui ont tout vu, mais qui savent que leur principal mérite est d’être né avant toi. Il y a les autistes et il y a ceux qui veulent peindre avec toute la terre. Il y a ceux qui sont propres et ceux qui s’en foutent. Il y a ceux qui sont « technique » et ceux qui sont spontanés. Il y a ceux qui volent leurs bombes et ceux qui les achètent. Il y a ceux qui trouvent que le tournevis: c’est quand même abusé! Il y a aussi ceux qui sont des mecs de la rue, qui sont des punks à chien, des hippies, des gens de classe moyenne, des cadres à 40 patates annuelles sans les primes. Il y a ceux qui font les pauvres, qui te cassent les couilles pour rentrer dans une soirée à 5 balles alors que maman a payé le loyer et a fait les courses sur AuchanDirect. Il y a ceux qui veulent se donner une image, qui vont montrer leur tête dans toutes les vidéos. Et il y a ceux qui sont naturels.  Il y a les intégristes du graffiti et puis il y a ceux qui sont ouverts à tout et parfois même à n’importe quoi. Il y a les passionnés.  Il y a ceux qui sont collectionneurs. Il y a les gars qui ont un compte flickr, un compte facebook, un compte fotolog, un compte twitter, un compte streetfiles, un blog perso et aussi un tumblr. T’en a même qui sont toujours sur myspace. Et puis il y a ceux qui n’ont même pas d’e-mail. Il y a ceux avec qui t’es pote parce qu’il y a « le graffiti ». Il y a ceux qui sont en galerie, il y a ceux qui sont dans la rue. Il y a ceux qui vont faire un métro que personne ne verra. Il y a ceux qui vont faire un camtar que tout le monde verra. Il y a ceux qui comprennent et ceux qui ne comprennent pas. Il y a ceux qui sont journalistes à Voici.Il y a ceux qui se passionne pour les lettres. Il y a ceux qui croient avoir inventé un style, alors qu’on l’a déjà vu il y a 30 ans . Il y a ceux qui vivent dans la peau d’un autre. Il y a les gens humbles.Il y a ceux qui s’embrouillent pour une rumeur. Il y a ceux qui s’embrouillent tout court, tout le temps et avec tout le monde, ça en devient un passe-temps. Il y a ceux qui se disent artistes et il y a ceux qui s’en branlent. Il y a ceux qui passeraient autant de temps à dessiner qu’à faire leur promo, ils auraient un pure style. Il y a ceux qui ne connaissent pas les frontières : pomper, s’inspirer il n’y a qu’un pas. Et, il y a ceux qui écrivent sur ces gens là et qui n’ont vraiment rien d’autre à faire. En fait, il y a des gens comme toi. Il y a des gens comme moi. Il y a des gens comme eux. Ce qui est bien, c’est con est pas tous pareils…

5 Comments

  1. rodes dit :

    le jeu de mot de la dernière phrase n’est pas mal ! :)

  2. yo dit :

    :) :) :) :)
    bien vu tout ça !

Leave a Comment